Invites

illustration.jpg
  • En Côte-d’Ivoire, un groupe de personnes vivant et travaillant à La Borde, sur l’idée de l’un d’entre eux, ivoirien, va dans le village de ce dernier. Il en naît ce qui, longtemps, quand les camarades de psychothérapie institutionnelle en parlent, est appelé « La Borde-Ivoire ». Un tiret entre deux territoires, du passage, du lien. Autour de cela, des nouvelles sont régulièrement données dans la revue Institutions, la longue et fidèle publication de psychothérapie institutionnelle, à laquelle je renvoie. Mais il existe aussi deux autres lieux où l’on peut avoir un regard sur ce qui se joue autour de cela. Jean Oury y consacre une séance, dense, de février du Collectif, séminaire de Sainte-Anne (publié d’abord aux Éditions du Scarabée à Paris, et maintenant réédité chez Champ Social Éditions à Nîmes). Une magnifique analyse institutionnelle, une magistrale méditation sur le sens, l’ici, l’ailleurs, la différence quasi-indiscernable entre la fuite (ligne ou pas…) et le dé-placement. Et puis, récemment, ce magnifique reportage d’Arte, Côte d’Ivoire, un village au service des malades mentaux.Des mondes qui peuvent faire rencontre, faire piqûre, et envoyer balader les tartufades du genre « fossé culturel », « choc civilisationnel ». Dans le registre du transfert et du fantasme, et de l’éthique quotidienne, on peut déchaîner de la parole et de l’existence. Ça peut se passer de mots, la parole, c’est-à-dire de mots qu’on croit clairs et purement informationnels, rassurants. De toute façon, chaque rencontre entre deux praxis engendre toujours un champ d’indicible et d’effondrement de la « compréhension », c’est un cap d’angoisse dont nulle « proximité » ne saurait autoriser l’évitement.
  • En attendant que je sache me débrouiller avec la technique, je vous invite à aller sur la page du « Séminaire coopératif » (sur la bande de droite), au moins, écouter la voix chaleureuse et intelligente de notre ami Michel Balat, dans l’une de ses nombreuses prises de parole, ici lors des Journées Francesc Tosquelles organisées à Elne en septembre 2016, par notre autre repère-amie, Florence Fabre et toutes celles de l’Accueillette et de La Tuché (cf. www.art-motion.fr ; www.balat.fr)
    (N.B. Il faut attendre environ 50mn pour l'entendre; avant, je rends hommage à Aïda Vasquez, alors récemment disparue.)